Transcription Livret-Texte

SÉQUENCE I

Adelheid et son Équipe
Ce qui nous touche dans le ‘‘Dialogue Intérieur’’

Les inclusions de parenthèses en petits caractères italiques sont des ajouts en vue de clarifier cette transcription écrite d’un enseignement initialement oral et visuel,
dans le cadre de la vidéo correspondante.

=Isabelle Blanchard-Demarcy
   Consultante en management et développement personnel.

   Forme et facilite en ‘Dialogue Intérieur.’

Isa:

- Adelheid, nous voilà rassemblés autour de toi aujourd'hui pour travailler autour de ce qui t'intéresse le plus au monde, le ‘Dialogue Intérieur.’ Alors... c'est bien ça ?

Et donc, est-ce que tu peux nous dire... Qui es-tu?

=Adelheid Oesch
   Elle fonde ‘L’Atelier du ‘Dialogue Intérieur,’ à Lausanne, en 1993.

   Elle forme et facilite en Suisse et en France.

Adelheid:

- Bien... Je m'appelle Adelheid Oesch, j'habite Lausanne, en Suisse et j'y suis née en 1939.

Et, au fond - maintenant - je suis presque entièrement identifiée au ‘‘Dialogue Intérieur’’ que je pratique professionnellement depuis 28 ans. Mais auparavant, je me suis lancée dans la vie professionnelle à 20 ans, après mon gymnase, et directement, je suis entrée dans l'entreprise familiale, un commerce d'art et d'antiquités où j'ai travaillé en famille avec ma mère, mon frère et ma sœur, pendant 35 ans ! En 1990, j'ai découvert le ‘Dialogue Intérieur’ (dans le cadre d’une formation de 4 ans en développement personnel) et j'ai changé de profession parce que j'y ai reconnu l'outil de mon rêve. Le rêve que j'avais depuis l'enfance.

Isa:

- Donc, tout ce parcours, pour arriver finalement, autour de 50 ans, à trouver ce qui te touchait depuis très très longtemps...

Le Rêve que j’avais depuis l’enfance; inclure tout ce qui existe, 

en moi et autour de moi,  en une connexion profonde, réciproque.

Adelheid:

- Voilà, ce qui me touchait depuis très, très longtemps, peut-être depuis que je suis née, que je suis arrivée dans ce monde. J’avais à cœur, en fait, de pouvoir unir l'amour et la liberté, je crois. Et de pouvoir inclure tout ce qui existe, en moi et autour de moi, dans un lien, une connexion profonde, réciproque. Et j'avais aussi cette idée, très tôt, de développer cela dans la vie intérieure, parce que je ne croyais pas qu'on pouvait changer la société. Mais, par contre, j'étais profondément persuadée qu'on peut la changer en soi même; qu'on peut découvrir cet amour, cette liberté, cette paix à l'intérieur de soi. Et à partir de là... l'apporter au-dehors.

Isa:

- Ça a été cela, le joyau que tu as découvert à partir de cet élan, de cette inspiration : ‘On ne peut pas changer le monde, mais on peut changer son monde intérieur.’

Adelheid:

- Et quand j'ai découvert le ‘Dialogue Intérieur,’ ce qui m'a touchée, c'est que j'ai dit :
‘Ah, mais là, intérieurement, c'est possible. ! On peut créer la paix, l'équilibre, l'écologie à

l'intérieur de soi !’

Isa:

- Une inspiration profonde du changement à l'intérieur. Merci Adelheid.

Adelheid:

- Merci Isa

Isa:

- Maintenant, les amis... nous allons nous présenter, dire qui nous sommes, et puis, ce qui nous a touchés particulièrement dans le travail de ‘Dialogue Intérieur.’
Véronique, tu peux commencer...

=Véronique Blanchard-Heidsieck
Ostéopathe. Pratiques corporelles conscientes. Facilite en ‘Dialogue Intérieur.’

Véronique:

- Je m'appelle Véronique Blanchard-Heidsieck, j'habite à Lyon, je suis ostéopathe. Et surtout, je suis depuis très longtemps passionnée par la conscience du corps. Depuis 18 ans j'enseigne et donne des cours de ‘stratégie corporelle’ où j'invite chacun à une écoute attentive, aimante de tous les signaux du corps.

Quand j'ai rencontré le ‘Dialogue Intérieur,’ je me suis sentie chez moi; chez moi, quand je t'ai rencontrée. Parce qu'il y avait cette qualité d'écoute - bienveillante, ouverte, inconditionnelle - de tous les aspects de moi, y compris ceux que je n'aimais peut-être pas beaucoup. Et ça, au travers de cette antenne subtile du corps qui nous renseigne sur ce qui est en nous, sur ce qui nous habite. Et vraiment, cette union de la conscience du corps avec la conscience de ‘qui je suis,’ m'a vraiment beaucoup touchée.

Adelheid :

- Merci Véronique

Isa:

- Donc, Véronique, tu as trouvé là quelque chose d'étonnant pour toi, parce que tu as créé cette approche que tu appelles ‘la stratégie corporelle’ qui est cette écoute subtile du corps. Et quand tu as trouvé, tu as rencontré Adelheid, tu as vu qu'elle avait une pratique qui demandait cette même qualité d'écoute. Et ça, c'était vraiment un assemblage magnifique pour chanter qui nous sommes.

Véronique:

- J'aime beaucoup ton expression ‘pour chanter qui nous sommes.’

Isa:

- Alors, Claire, et toi ? ‘Qui es-tu et qu'est-ce que tu aimes dans le ‘Dialogue Intérieur’?

=Dr. Claire Lorton

Allergologue. D.U. de psychopathologie de l’Enfant et de l’adolescent. Concours National de médecine scolaire 1996. Facilite en ‘Dialogue Intérieur.’

Claire:

- Donc, je suis Claire Lorton, je suis Champenoise. Je suis médecin et ce qui me touche le plus dans le ‘Dialogue Intérieur,’ c’est cette acceptation... Mais au-delà de cette acceptation, c'est l'amour progressif que j'ai pu développer - pas à pas et peu à peu - de toutes les composantes dont je suis constituée. Et en particulier, celles qui ne sont pas aimables... les parties de moi que je n'aimais pas et qui probablement ne sont pas aimables de façon générale. Mais justement, il s’agissait d’apprendre à les apprécier et à les aimer, à les adopter... et c'est vraiment avec le ‘Dialogue Intérieur’ que j'ai pu développer cet amour progressif qui a entraîné une vraie paix profonde. Et une grande sérénité.

Adelheid :

- Merci Claire.

Isa:

- Alors, chez toi Claire, ce que tu remarques surtout, c'est que le Dialogue t'as amené vraiment l'amour de toi - l'amour de tout ce qui est en toi - le meilleur et peut-être le pire, comme on en a en chacun de nous ! Et puis, cet amour a produit de la paix intérieure, et cela perdure dans une sérénité qui est là maintenant, dont tu nous gratifie d'ailleurs. Merci.

Isa:

- Alors moi, j'ai envie de me présenter maintenant aussi, parce que ce que tu dis, Claire, fait un grand écho au chemin que, moi aussi, j'ai suivi avec le Dialogue. Je ne m'aimais pas trop, comme beaucoup de gens sur cette planète, et le Dialogue m'a donné, m'a appris à m'aimer. Ça, c'était vraiment un beau cadeau.

Et donc, je me présente! Je suis Isa Demarcy. Mon métier, c'est d'être consultante en entreprise et coach. Et le ‘Dialogue Intérieur’ a été un magnifique outil et une façon d'être qui dans les séances de coaching m'ont permis d'apporter cet amour, cette paix, cette sérénité - ce goût-là en tout cas... - aux personnes que je devais coacher ; et je peux voir, avec le recul, qu’un bon nombre d'entre elles ont pu trouver une vraie autonomie, grâce à un centre (conscient à l’intérieur de soi), dont on va parler bientôt... où elles peuvent décider - à partir d'elles mêmes - comment elles veulent conduire leur vie, plutôt que d'être ballottées par leurs émotions, par ce qui se passe autour d'elles. Elles ont trouvé un centre, une paix, une confiance. Et ça, je l'ai appris avec toi.

Adelheid :

- Merci Isa.

=Dr. François Blanchard
Professeur émérite de Médecine en Santé Publique et en Gériatrie.

Forme et facilite en ‘Dialogue Intérieur.’

François:

- Et donc, pour toi, Isa, ce que le Dialogue t'apporte de plus précieux, c'est un amour de toi-même; une appréciation de qui tu es de manière positive. Et puis, dans ton métier, tu as aussi vu que le Dialogue était parfaitement utilisable en tant que coach dans l'entreprise et que la spécificité de ce que tu apportes avec le Dialogue, c'est que chacun peut trouver un centre de décision en lui- même, et non pas en fonction d'une circonstance extérieure, mais vraiment en lui-même. Et donc, gagner en liberté et en autonomie.

Isa:

- Absolument, c'est ça.
Alors, François, à toi de te présenter, de nous dire ce qui t'a touché dans le ‘Dialogue Intérieur.

François:

- Je m'appelle François Blanchard. Je suis médecin, Professeur de gériatrie et de santé publique à la Faculté de médecine de l'université de Reims.

Ça fait, vingt ans maintenant, Adelheid, que nous nous sommes rencontrés et que tu nous as enseigné le Dialogue. On l'a appris avec toi, et on a maintenant la chance de pouvoir aussi le transmettre à notre tour.

Je suis complètement d'accord avec tout ce que vous avez dit. Si je dois mettre une note particulière... je mettrais l'accent sur la ‘qualité de la relation’ qu'on apprend dans le Dialogue ; comment on crée du lien avec l'autre; comment dans ce lien réciproque, on apprend à être à l'écoute et on grandit dans la relation. Et la relation, devient alors, en elle- même, une source d'épanouissement et aussi d'enseignement.

Et je l’ai vu dans mon métier, et surtout avec les patients atteints d'Alzheimer, et aussi beaucoup dans ma vie personnelle. Cela m'a énormément rendu service, en particulier dans mon couple; cela a grandi notre relation et a été vraiment une joie et, en même temps, quelque chose qui nous relie à plus grand que nous. Quelque chose qui nous relie à l'univers. Et cela, j'ai pu le vivre, vivre cette expérience, avec Isa qui est là, qui est mon épouse.

Adelheid :

- Merci François.

Isa:

- Et donc, par rapport à ton appréciation sur ce qui peut se passer dans un couple avec le ‘Dialogue Intérieur,’ je souscris totalement! C'est vrai que c'est une magnifique expérience qui n'est jamais finie. Et tu disais aussi que, effectivement, ce qui t'as touché, c'est la qualité du lien qu'on va entretenir avec soi et avec l'autre.

Et quelque chose qui est vraiment particulier à toi... c'est que cette qualité de lien, tu l’as expérimentée avec tes malades qui souffrent de la maladie d'Alzheimer, qui semblent perdus... et qui pourtant peuvent encore communiquer de cette façon.

François:

- Parce que le lien est un lien du Cœur !

Isa:

- Parce que c'est un lien du Cœur.


Alors maintenant, Adelheid, ce serait intéressant que toi aussi, tu nous dises, ou que tu

continues à nous dire, ce qui te touche dans le ‘Dialogue Intérieur.’

Adelheid :

- Il y a mille choses qui me touchent, ça me touche en permanence !

Mais, au fond, lorsque je suis en face de quelqu'un que je facilite - c'est comme ça que ça s’appelle en ‘Dialogue Intérieur’ - je suis touchée par tout ce que cette personne peut partager.

Pour moi, c'est un miracle permanent, finalement aussi permanent et aussi vivant que des couchers de soleil... ils se répètent de jour en jour et pourtant, c'est vivant ! Et en facilitation en ‘Dialogue Intérieur,’ la personne est complètement vivante dans ses différents aspects. Alors, découvrir ce trésor, amener quelqu'un à voir son propre trésor, c'est peut-être ce qui me touche le plus profondément.

Puis, il y a une autre dimension qui me touche dans le ‘Dialogue Intérieur,’ c'est la dimension spirituelle. C'est cet espace d'un Moi prenant conscience qui se développe dans cette écoute de soi et cette écoute de l'autre.

- Isa:

Donc, chère Adelheid, maintenant... ce que nous aimerions connaître, c’est comment tu as rencontré le ‘Dialogue Intérieur.’ J’aimerais vraiment t’entendre avec les autres, donc je vais les rejoindre et tu vas nous répondre.

Adelheid :

- Très volontiers, Isa, je te remercie.
Cette rencontre avec le ‘Dialogue Intérieur’ a été complètement inespérée, en fait. À 50

ans, je me disais : ‘Mais quand est-ce que je rencontrerai l'outil, le chemin de ma vocation ?’

 

⬥ Contribuer à ce monde à travers l’Appel de son Cœur avec une entière liberté.

 

Là, j'étais encore dans une entreprise familiale, un commerce d'art et d'antiquités où j'ai

œuvré pendant 35 ans... tout en me mariant, tout en ayant quatre enfants que j'ai élevés.
C’est à ce moment-là, les enfants, déjà hors du nid, que j'ai entrepris une Formation en développement personnel qui se donnait près de chez moi. Et là, en deuxième année, j'ai rencontré le ‘Dialogue Intérieur.’ C'était une surprise; j'en ignorais tout; mais - au tout premier exercice ! - j'ai compris que j'avais trouvé l'outil de rêve... la réponse au rêve de mon enfance. Et, à partir de là, je me suis passionnée immédiatement pour cette façon de travailler. J'ai lu les livres très nombreux et excellents de Hal et Sidra Stone
(les créateurs du 
Dialogue intérieur / Voice Dialogue) !

Isa:

- Excuse-moi... ce qu'on pourrait dire, ce qui me frappe là, c'est que tu as cherché au fond ce type d'approche. Tu avais l'intuition de cette vie qu'il y avait partout et c'est comme une espèce de Quête du Graal. Et enfin, tu as trouvé le Graal, quand - dès le premier exercice -, tu as senti profondément, intuitivement, que c'était vraiment cela que tu cherchais.

Est-ce que c'est quelque chose comme ça?

Adelheid :

- Mais tout à fait. C'est presque incompréhensible pour moi que je l'aie su instantanément ! Mais, il est vrai, que c'est quelque chose que j'attendais au fond de moi, depuis un temps tellement long, depuis l'enfance : ‘Comment contribuer à ce monde à travers l'appel de mon cœur ?’ J'ai beaucoup aimé mon métier (antiquaire et marchand d’art), beaucoup aimé tout ce que j'ai fait ! Et cela m'a énormément servi... Mais je n'avais toujours pas touché ce Graal.

Isa:

- Et alors, qu'est-ce que tu as fait pour développer, pour mieux connaître le Dialogue?

Adelheid :

- J'ai poursuivi cette Formation pendant trois autres années et j'ai tout de suite entrepris (en parallèle) des formations et des stages avec Hal et Sidra Stone; aux États-Unis plusieurs fois, en Europe, en Hollande, en France. Et, au bout des quatre ans de ma Formation, j'ai quitté l'entreprise familiale. J'ai écrit à Hal et Sidra Stone pour leur demander s’ils m'autorisaient à donner une Formation en Suisse, malgré mon peu d'expérience.

Et Sidra m'a répondu, par retour de mail: ‘Écoute Adelheid, rien ne pourrait nous donner plus de joie. Bénédiction, vas-y, fait-toi confiance.`

J'ai trouvé cela extraordinaire !

Isa:

- En effet, c'est extraordinaire. Elle ne t'a pas dit : ‘Il faut d'abord que tu fasses la certification et que tu payes x dollars ?

Adelheid :

- Pas du tout... parce que dans le fond, ils sont uniques en leur genre ! Uniques (par la qualité de ce qu’ils ont crée), et dans le sens qu'ils ne certifient pas leur travail. Ils ne l'ont jamais 9

certifié. Et ils s'en sont expliqués, en disant qu'ils veulent le conserver libre, évoluant en permanence et évoluant à travers le cœur et la pratique des gens... et cela de la même manière que eux l'ont développé : ensemble, en couple, dans leur propre expérience, dans leur enseignement avec les personnes avec lesquelles ils ont travaillé dans leurs stages.

Isa:

- On peut voir là, une grande générosité de leur cœur qui est peu habituelle dans ce monde du développement personnel qui, souvent, a le tiroir caisse pas très loin du cœur.

Adelheid :

- Ce qu'ils avaient à cœur, c'est de garder leur transmission vivante et que jamais cela ne devienne une institution figée, contrôlée. Etqu'au contraire, cela continue à vivre, à se développer.

Isa:

- Donc avec une grande liberté où chacun est dans sa liberté et sa responsabilité.

Adelheid :

- Liberté, c'est vraiment le maître mot. Et puis, un amour de ce qui est vrai; parce qu'à partir du moment où les choses se figent, elles cessent d'être vraies. Elles deviennent comme une coque de noix vide ! Le vivant est parti.

Isa:

- Et donc, tu as ensuite expérimenté le Dialogue. Ça fait combien d'années maintenant ?

Adelheid :

- Maintenant, cela fait 28 ans que j'ai quitté l'entreprise familiale pour me lancer...

Cela a démarré tout de suite, très miraculeusement. J'ai tout de suite rempli ma formation, enfin, ce n'était pas un très grand nombre de personnes. Je me suis tout de suite lancée à l'enseigner, à développer une façon de le comprendre, de le pratiquer.

Isa:

- Donc, c'est à cela que nous arrivons avec nos entretiens, parce qu'effectivement, tu as abordé le ‘Dialogue Intérieur’ avec ton intuition, avec ton expérience, avec ta culture. Et aujourd'hui, ce que nous aimerions connaître, c'est: ‘Qu'est-ce qui est spécifique à ton approche ? Qu'est-ce que tu as développé, toi, qu'on trouve moins ailleurs ?’

Adelheid :

- Sur la base de ce que j'ai appris avec eux et de ce qu'ils ont enseigné, j'ai commencé à aller dans une direction qui se concentrait beaucoup sur ce qu'ils appellent le ‘Moi prenant conscience,’ qui était également pour eux extraordinairement important. Peut-être que j'ai davantage approché la dimension ontologique, métaphysique et spirituelle de ce ‘Moi prenant conscience’...qui est quelque chose d'un peu mystérieux au premier abord. On en reparlera.

Et puis, l'autre domaine sur lequel je me suis concentrée, c'est la guérison de l'Enfant intérieur et du moi souffrant dans leur ensemble. Et comment - à partir du Moi prenant conscience, justement... on peut établir une relation intime, un lien du cœur avec l'enfant. Et, petit à petit, l'amener à faire une nouvelle expérience de la relation. Une expérience vraiment connectée. Et cela, c'est quelque chose qui se passe entre soi et son Enfant intérieur.

Alors, c'est un vaste domaine. J'ai mis 28 ans à progresser dans le développement de ces deux sujets. Et c'est surtout de cela que j'aimerais parler.... je n'ai donc pas l'intention de faire un ‘cours’ sur le ‘Dialogue Intérieur’.

Isa:

- D’accord. Tu vas approfondir ces deux éléments : ‘Qu'est-ce que c'est que le Moi prenant conscience ? Qu'est-ce que c’est que ce processus ?’

Et puis, comment chacun, dans son autonomie, peut devenir un vrai parent pour son Enfant blessé. Et, qu'est-ce que c'est que cet Enfant intérieur qui n'est pas seulement un Enfant blessé ?

Ce sont ces deux approches spécifiques que tu vas nous expliquer dans notre prochain entretien.

Adelheid :

- Tout à fait. J'aimerais juste préciser, qu'il ne s'agit pas de devenir un ‘vrai parent pour l'Enfant intérieur,’ mais de le - re-parenter à partir d'un Moi prenant conscience - ce qui est assez, et voire tout à fait... différent !

Isa:

- C'est important, effectivement, d'écouter encore tes précisions. Et je me réjouis de te retrouver demain pour mieux comprendre ces notions-là.

Adelheid :

- En fait, j'aimerais encore juste dire une chose. J'aimerais dire que Hal et Sidra Stone ont vraiment enseigné et présenté le ‘Dialogue Intérieur’ d'une extraordinaire façon ! Et que donc, il serait bien inutile que je fasse un cours à ce sujet. Ils ont écrit plusieurs livres et il y a beaucoup de documentation: des vidéos, des audios qui sont d'une qualité remarquable !

Et j'aimerais souligner que je leur suis infiniment reconnaissante de tout ce qu'ils m'ont apporté.

Isa:

- Merci Adelheid. Et à demain.

Adelheid :

- A demain. Merci, Isa.

star_stripe
​L'ATELIER DU DIALOGUE INTÉRIEUR © Adelheid Oesch 2021
RETOUR