Pratiquer

le ‘Dialogue Intérieur’

L’Éveil de l’homme s’accomplit par le Mystère de l’amour

    Le ‘‘Dialogue Intérieur’’ nous offre pour cela un chemin simple et concret. Il nous apprend à discerner et à accueillir les énergies qui nous animent comme une famille intérieure de subpersonnalités dont l’ensemble forme, ce dont nous disons communément: “C’est moi…” Pratiquer le ‘‘Dialogue Intérieur’’ nous apporte une compréhension intime de notre nature humaine, nous rend plus vivants, plus conscients, génère un processus qui nous rapproche de l’Etre. 

 

  Nous y apprenons à nous aimer; à refléter et à re-parenter notre Enfant intérieur, notre moi souffrant; à accueillir nos réactions et nos comportements avec fermeté, humour et compassion. Nous y redécouvrons aussi—dans ce que nous avons laissé dormant ou réprimé en nous—l’infinie et joyeuse diversité d’un moi délivré de ses carcans.

Illustration © André Hiernaux  

n  LE PREMIER PAS… dans ce travail nous invite à entrer dans notre propre peau, à nous identifier consciemment aux différentes facettes de notre ego… dans leurs contradictions, dans ce qu’elles font valoir, ce qu’elles cachent, ce qu’elles montrent; dans ce qui en fait la sensibilité, les ressources, les peurs et les blessures. 

 

   Et cela nous montrera, qu’à chaque crainte, à chaque critique, nous nous percevons comme un Moi divisé et souffrant, un moi insuffisant; séparés  de nous-même et de l’autre. Et c’est précisément là que notre enfant intérieur désespère ! Nous cherchons alors un coupable pour lui faire expier des fautes imaginaires. Et nous le trouvons ! C’est nous ou ce sont les autres—oh combien, puisque  nous y croyons. Dès cet instant, nous manquons à l’Amour, lui substituant le Jugement. Notre Unité intérieure n’est plus ressentie. Nous sommes au contraire habités par des sentiments de dévalorisation, d’abandon, de trahison et de colère… qui vont nous entraîner dans la dépression ou la guerre. Guerre contre soi… entre autocritique et auto amélioration. Guerre contre l’autre, pour qu’il change et nous donne, ou nous rende, ce dont nous nous croyons dépossédés ! Juger, c’est nier la Personne. C’est faire de soi, c’est faire de l’autre, une Victime, un Coupable, un Ennemi ! Pratiquer le “Dialogue Intérieur,” c’est découvrir que…

Toute attaque est un appel à l’amour

n n LE SECOND PAS… dans ce travail, consiste à nous dés-identifier de ces facettes de notre ego qui nous conditionnent à notre insu… Non pas pour les condamner, mais pour poser sur elles un regard de lucidité et de compassion; pour les embrasser alors comme des personnes qui luttent et souffrent dans notre monde intérieur et établir avec elles une relation consciente. 

 

 n n n LE TROISIEME PAS… développe en nous un Moi prenant conscience, un Témoin Lucide, qui pratique l’attention et la conscience éveillée. Il se vit comme une Qualité d’Etre et de Présence. Il devient le Moi miroir, le Pôle relationnel et contenant, pour tout ce qui gravite en nous : pensées, sensations, émotions. C’est lui qui met en relation Identité essentielle et identité de survie. Nous le découvrons comme un Espace intérieur qui s’agrandit lorsque nous accueillons nos subpersonnalités—ce qui nous habite et nous agite—avec bienveillance… mais sans nous prendre pour cela ! 

 

   Le "Dialogue Intérieur" peut éclairer ce qui nous sépare de la Grâce… et qui est aussi ce qui nous sépare dans la relation. Pour passer de la peur à la sécurité, de la séparation à l’amour, d’un moi insuffisant, divisé et souffrant à l’Unité de Soi, il y a lieu que nous reconnaissions notre propre Lumière ! Car en effet, si cette Unité et cet Amour que tous recherchent est notre Essence première, notre Source ontologique, la reconquérir par l’exclusion et la violence—contre soi et contre l’autre—confine à l’absurdité ! 

Revenir au Soi-Source, au fondement spirituel de toute relation… c’est se reconnaître en ceci : 

Notre Nature essentielle est Une

   Ses manifestations en nous sont l’Innocence et la Paix; l’Amour, la Liberté, la Joie, la Beauté; la Confiance, l’Intelligence, la Créativité. Accepter cet Héritage ontologique, c’est servir ensemble la Réalité profonde de tous les êtres. Le pardon à soi et à l’autre… aller à l’autre sans crainte, le cœur léger et respirant; le voir venir à soi avec confiance… nous sont alors donnés par surcroît; émergent de nous comme un fruit naturel, un bonheur d’être et de partager qui nous affranchit et donne un sens à notre vie.

 n LE  DERNIER PAS… celui qui nous libère, est toujours celui où nous redevenons comme un petit enfant… déchargés de tout souci; portés par cette reconnaissance d’un DIEU QUI EST

L’AMOUR QUI NOUS CRÉE !

Un Amour qu’il nous appartient de transmettre,  car Lui seul  nous redonne naissance—innocents et neufs!—dans l’instant même où Il se manifeste en nous.

© Adelheid Oesch 2008

​L'ATELIER DU DIALOGUE INTÉRIEUR © Adelheid Oesch 2021